Loading. Please wait...

Départ Transat Jacques Vabre 2017

Seul marseillais engagé, Christopher PRATT, s’élance demain pour sa quatrième Transat Jacques Vabre

 

 

Avec un budget contraint, les marins n’ont pas hésité à retrousser leurs manches.

Une semaine de pré-départ bien remplie par les nombreux préparatifs sur le Multi 50 de DREKAN Groupe s’achève. Christopher PRATT et Éric DEFERT n’ont eu que peu de répit depuis l’arrivée de leur embarcation dans le bassin Vatine du port du Havre vendredi dernier. Aidés par la famille et les amis venus les soutenir, ils n’ont rien laissé au hasard pour assurer des conditions optimales de sécurité et de performance pour leur traversée. « S’il est vrai que j’ai eu l’habitude d’être dans des projets de plus grande envergure, mettre les mains dans le cambouis ne m’a jamais fait peur, c’est même sympa sur un support que l’on ne connait pas ! » commente le skipper.

Transat Jacques Vabre : et de 4 pour PRATT !

Si c’est une grande première sur ce support, ce sera le quatrième départ de cette course pour Christopher PRATT. Après trois participations en IMOCA 60, en 2009, 2011 et 2013 – dont deux podiums successifs – c’est sur un trimaran de 50 pieds que le skipper marseillais traversera l’Atlantique en direction de Salvador de Bahia au Brésil.

Un départ de course qui s’annonce difficile mais rapide

Dimanche 5 novembre à 13h35, le coup d’envoi de la 13ème édition sera donné avec 38 paires de navigateurs qui feront route en direction d’Etretat sous la pluie et sur une mer qui sera rapidement formée. « Les conditions seront vraiment musclées au départ et, avec Éric, nous devrons être extrêmement vigilants si nous ne voulons pas rentrer au port trop vite ! Notre bateau est sain et il a démontré sa solidité à plusieurs reprises. Ceci étant dit, les multicoques sont des bateaux dangereux, qui peuvent se retourner et cassent plus facilement que les monos. Ça change le paradigme de navigation… » confie Christopher PRATT. Les routages actuels donnent un temps de traversée établi entre 12 et 14 jours, soit une arrivée possible entre le 17 et le 19 novembre au Brésil.

Motivation mais pas pression !

DREKAN, doyen de la flotte des Multi 50, ne dispose pas de foils et affiche sur le papier une vitesse inférieure à celle de ses concurrents. Si Éric et Christopher ne partent pas avec les mêmes armes que leurs collègues, leur motivation n’en est pas moindre. Sur un parcours long et exigeant, la fiabilité de leur voilier et les moments stratégiques clés leur permettront peut-être de tirer leur épingle du jeu. « J’ai accepté ce projet pour découvrir les Multi 50 car je pense que cette classe est en plein essor. Je suis compétiteur mais je connais aussi les limites du bateau, ça ne m’empêche pas d’être très concentré pour pousser le bateau au maximum de son potentiel » explique le navigateur.

Analyse du parcours

Avec 25-30 nœuds, et des grains, voire des orages, le départ se fera dans un vent de Nord-Ouest assez fort. Dans une mer agitée par des courants forts dus aux gros coefficients de marée, le passage de la presqu’île du Cotentin s’annonce sportif ! Vers l’ouest de la Bretagne, le vent devrait mollir progressivement dans la nuit de dimanche à lundi. Avec l’approche d’une grande dépression atlantique, il basculera lentement au Sud-Ouest. Un passage de front violent est attendu lundi soir avec des creux pouvant aller jusqu’à six mètres. Ensuite, ce sera cap vers le sud avec un vent qui s’orientera Nord-Ouest, puis Nord. Si le vent faiblit au large du Portugal, la mer restera globalement cassante. Enfin, en bordure de l’anticyclone des Açores, le vent soufflera du Nord. Les bateaux devraient atteindre les îles cap-verdiennes en fin de semaine avant de s’engager dans le redouté Pot-au-Noir.

Categories

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts